Home / Guerre raciale / Haute-Marne : Un Tchétchène de 17 ans radicalisé qui voulait s’en prendre à Mila interpellé

Haute-Marne : Un Tchétchène de 17 ans radicalisé qui voulait s’en prendre à Mila interpellé

Captain Harlock
Démocratie Participative
06 septembre 2021

Un running gag à la française en 2021 comporte des couteaux et des musulmans.

Actu17 :

Un lycéen tchétchène âgé de 17 ans a été interpellé ce mardi à Langres (Haute-Marne) alors qu’il cherchait du renfort sur les réseaux sociaux pour mener une opération contre Mila, cette jeune fille menacée pour ses prises de position contre l’Islam. Il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

C’est le 19 juillet dernier que le procureur de Chaumont confie cette affaire aux enquêteurs de la police judiciaire de Reims après avoir été alerté sur les activités d’un adolescent de 17 ans partisan d’un islam radical. « Ce garçon appelait à mettre en œuvre un plan intelligent contre Mila », souligne une source proche du dossier. Cette jeune fille, également âgée de 17 ans aujourd’hui, fait l’objet depuis l’année dernière de menaces et de harcèlement sur les réseaux sociaux après avoir partagé une critique virulente contre l’islam. Elle avait été harcelée par des dizaines de milliers de messages appelant aux pires atrocités avant d’être déscolarisée et placée sous protection policière.

Le mis en cause vit à Langres en compagnie de ses parents. Sa famille est arrivée en France en 2013 et qui bénéficie du statut de réfugié politique.

Ces tchétchènes sont des opposants au Grand Ramzan Kadirov !

Les enquêteurs ont également découvert qu’il diffusait de la propagande en faveur du groupe terroriste État Islamique (EI), et entretenait des relations avec des terroristes en zone irako-syrienne.

Mais l’EI n’est pas censé avoir disparu de cette fameuse zone ?

On dirait que non.

Le 31 août à 6 heures du matin, avec l’aide des hommes du RAID, ce jeune homme a été interpellé au domicile familial. Lors de la perquisition, les forces de l’ordre ont mis la main sur des bijoux à l’effigie de Daech et des ouvrages religieux. Les policiers ont également découvert deux disques durs et trois téléphones mobiles qui ont été confiés aux techniciens de la police pour être exploités.

Le jeune homme a été placé en garde à vue à Reims. Il a répondu aux premières questions d’ordre général posées par les enquêteurs. Mais lorsque les policiers ont souhaité entrer dans le vif du sujet, il s’est muré dans le silence. Il a été déféré au palais de justice avant d’être mis en examen pour apologie du terrorisme, et remis en liberté sous contrôle judiciaire.

En juillet dernier, onze personnes âgées de 18 à 29 ans ont été condamnées à des peines allant de quatre à six mois de prison par le tribunal de Paris, pour avoir insulté, menacé de mort et harcelé la jeune Mila sur les réseaux sociaux.

D’après nos informations, l’intéressé s’appelle Saïd Arsanukaev.

Commentez l’article sur EELB.su